"Parade's End" (2012, BBC-HBO) d'après Ford Madox Ford

Bouteille jetée par Alexandra Bourdin , lundi 27 mai 2013 18:54

Parade's End, mini-série de 6 épisodes coproduite par BBC2 et HBO, diffusée en 2012 (UK) et prévue sur Arte les 7 et 14 juin 2013 à 20h50. D'après l'oeuvre de Ford Madox Ford,  scénarisée par Tom Stoppard et réalisée par Susanna White (Jane Eyre). Avec Benedict Cumberbatch, Rebecca Hall, Adelaide Clemens, Rupert Everett et Miranda Richardson.

Synopsis


Angleterre, 1910. A la veille de la Première guerre mondiale, « le dernier Tory » Christopher Tietjens (Benedict Cumberbatch), qui vit dans la nostalgie des valeurs traditionnelles de son enfance et de son pays, s'apprête à épouser Sylvia Satterthwaite (Rebecca Hall), une mondaine manipulatrice et volage. Sylvia n'a rien du parti idéal : socialiste, catholique et, cerise sur le gâteau, enceinte ! L'enfant qu'elle porte n'est probablement pas le sien et pourtant, par sens de l'honneur, il n'hésite pas à l'épouser pour éviter le scandale. En vain. Leur mariage battant rapidement de l'aile, Sylvia n'est sûrement pas prête à jouer les épouses parfaites et fidèles... Dans un monde où tout se sait et où les rumeurs vont bon train, la seule arme de Christopher est de sauver les apparences, « parader » au détriment de son propre bonheur. C'est sans compter l'apparition de Valentine Wannop (Adelaide Clemens), une jeune suffragette, qui va lui donner envie d'espérer à une autre vie. Christopher osera t-il aller à l'encontre de ses principes en commettant l'adultère et en s'exposant aux commérages? Et que restera t-il de ce triangle amoureux après l'expérience et le traumatisme de la guerre ?

Mon absence a été honteusement longue sur La Bouteille à la Mer (près de deux mois, n’arrangeant pas la santé de mon rendez-vous Un mois, un extrait qui a pris sacrément du retard...) ce qui ne m'a pas empêchée de faire de belles découvertes (principalement en séries TV) pour respirer un peu face à la masse de boulot. En bref, je suis tombée définitivement sous le charme de Once Upon a Time (et, accessoirement du Captain Hook et encore plus dans le final de la saison 2), je me suis extasiée devant la beauté des costumes de Paradise (2012), l'adaptation très librement inspirée de Au Bonheur des Dames de Zola et j'ai frissonné devant le suspens de Paradox (2009), une excellente série britannique (pléonasme?) qui, allez savoir pourquoi, n'a pas été renouvelée pour une deuxième saison ! (dé-gou-tée ? Rien qu'un peu.) Je compte vous parler des deux dernières séries très vite puisque je suis déjà en vacances.

         Un billet est aussi en préparation sur le premier roman de Virginia Woolf, La traversée des apparences (The Voyage Out), pour ma seconde participation au challenge qui lui est consacrée chez Lou et je dois dire que ça a été un véritable coup de cœur. Le problème, c'est que je l'ai fini il y a près d'un mois et qu'il va falloir que je m'y replonge un petit peu ce qui n'est pas pour me déplaire.
Place maintenant à Parade's End où j'ai pu retrouver avec plaisir le brio, la sensibilité et la sensualité du travail de la réalisatrice de la meilleure adaptation (selon moi) de Jane EyreSusanna White, mais surtout, pour être honnête, la voix profonde de basse de Benedict Cumberbatch qui m'avait manquée depuis SherlockJ'ai pu d'autant plus en profiter que j'ai eu la chance de voir cette mini-série en VO avant qu'elle soit diffusée en France, ce qui sera justement le cas sur Arte les 7 et 14 juin prochains (en VOSTFR et non en VF, je l'espère). D'ailleurs, rien que la voix si particulière et le charisme de Benedict Cumberbatch rendent l'immersion dans la gentry anglaise presque naturelle, preuve que ce rôle lui va comme un gant.

Le personnage de Christopher est très difficile à cerner et pourtant, il n'est pas du tout antipathique. On sent pourquoi il peut déstabiliser tous ceux qui l'entourent, et au premier chef sa propre femme qui ne supporte plus de vivre avec un homme si froid, si lisse et si imperturbable. Déjà en Sherlock, Benedict Cumberbatch avait réussi grâce à un jeu subtil à transmettre des émotions très variées derrière le mur de froideur que son personnage avait posé entre lui et ses congénères. Christopher n'est pas à proprement parlé un sociopathe mais seulement un personnage littéralement perdu dans un monde qu'il ne reconnaît pas comme le sien. Il doit faire face au décalage entre son système de valeurs et les changements autant idéologiques que personnels de son temps, sans parler de la guerre qui va briser littéralement encore plus son univers.
Sylvia Satterthwaite (Rebecca Hall)
Tout ce qu'il vit, tous ceux qu'il rencontre sont déformés par ce décalage et tiraillé comme il est entre deux femmes et entre deux vies possibles, le leitmotiv du prisme et du miroir de poche cassé de Sylvia qu'elle conserve précieusement rendent bien à l'image ce thème récurrent du tiraillement et d'un monde complètement incohérent, comme éclaté, fracturé aux yeux de Christopher.  
Étrangement, même snob, Christopher dissimule une grande sensibilité et les passages avec son fils sont très touchants, lui qui le traite comme son propre fils malgré les doutes sur sa paternité. Tout ce sentimentalisme est tourné autour de deux personnages : le cèdre centenaire à Groby Hall dans le Yorkshire où il a passé son enfance et Valentine Wannop, la suffragette, excellemment interprétée par Adelaide Clemens. Comparer une jolie fille à un arbre peut paraître étrange et pourtant, il 'agit encore d'un autre tiraillement entre la nostalgie de son passé et le désir qu'il a pour cette jeune fille intelligente et passionnée, tournée vers l'avenir. On pourrait croire que le motif du triangle amoureux est tellement éculé que la série ne peut produire à partir de ça rien de très original. Pourtant, la relation entre Christopher et Valentine peine à sortir du flirt platonique pour mieux nous faire entrer dans le monde des fantasmes, des occasions manquées et des allusions voilées.

Le personnage de Sylvia, interprétée par Rebecca Hall, n'est pas un rôle facile et elle est peut-être celle qui stagne le plus, qui reste pareille à elle-même, étrangement cohérente, parmi des personnages comme Christopher ou Valentine qui évoluent beaucoup. Ça ne veut pas dire que son personnage n'a pas la même profondeur et les mêmes nuances de caractère que les autres mais, sans être une garce, j'ai eu beaucoup de mal à m'identifier à elle et à plaindre sa souffrance dans ce mariage malheureux. Pur spécimen de la femme mondaine et changeante, elle passe facilement de la colère, voire du cynisme, à la séduction sans jamais se remettre en question. Même quand elle essaye de se rendre digne de son mari, elle ne peut pas s'empêcher de retourner à ses vieux amours et à ses vieux démons : l'hystérie, le mensonge et finalement la manipulation. 
La place de la guerre dans cette série est plutôt originale : elle n'est pas reléguée au profit de l'intrigue sentimentale. Elle en est au contraire un des ressorts car de la survie de Christopher dépend le dénouement heureux ou malheureux de ce triangle amoureux. Grâce à l'intervention de son frère Mark (Rupert Everett), Christopher est assez bien protégé de l'enfer des tranchées avant d'y être envoyé à cause d'une faute disciplinaire contre le général en personne. A coté du réalisme de la vie dans les tranchées, on est confronté aussi à son traumatisme au travers d'un personnage secondaire qui m'a beaucoup marqué qu'on voit pourtant très peu. Il s'agit du colonel Bill Williams, le commandant de bataillon dans les tranchées à la limite de la démence que Christopher sert comme second. Il y a une scène fabuleuse où le colonel traverse tranquillement le no man's land pour lancer une grenade directement dans la tranchée adverse au risque de se faire canarder. La performance de Steven Robertson est juste exceptionnelle à la hauteur de son rôle de Michael Connolly, un jeune homme souffrant d'un handicap moteur et cérébral dans Inside I'm dancing avec James McAvoy. 

En définitive, Parade's End est encore une réussite pour la BBC et HBO en traitant avec intelligence à la fois des bouleversements de la société edwardienne, de la guerre et des aspirations individuelles. Le casting est parfait, surtout mené par le charisme de Benedict Cumberbatch au talent plus que confirmé et de belles découvertes comme Adelaide Clemens que j'ai pu brièvement retrouver hier en salle dans The Great Gatsby de Baz Luhrmann. J'ai d'ailleurs hâte de vous parler de cette adaptation du roman de F.S Fitzgerald. Je ne sais pas si j'aurais l'occasion de lire le roman original de Ford Madox Ford dont Parade's End est l'adaptation mais j'ai bien envie de découvrir cet auteur très vite par un autre roman. Si vous avez déjà lu Ford Madox Ford et que vous avez des suggestions, je suis preneuse !

En attendant la diffusion de Parade's End les 7 et 14 juin 2013 à 20h50 sur Arte, voici en extrait mon passage préféré, tout en poésie et en sensualité. On a tout de suite étrangement envie de se perdre dans le brouillard anglais...


Où se procurer Parade's End (2012-2013 - BBC/HBO) ?


Sachez que Parade's End est déjà disponible en DVD pour EUR 19, 99. Attention ! Il s'agit de la version anglaise du DVD : il n'y aura donc que la VO et des sous-titres seulement en anglais, sans sous-titres français.

Je crois que le roman Parade's End n'est plus disponible en français mais vous pouvez vous le procurer en  anglais pour EUR 9, 36.

Vous pouvez aussi consulter le dossier de presse d'Arte consacré à cette mini-série. (avec une belle faute de frappe sur le nom de Benedict Cumberbatch...)

3 Response to " "Parade's End" (2012, BBC-HBO) d'après Ford Madox Ford "

Emma Says:

J'étais tristoune hier en découvrant la date assez ancienne de ton dernier billet car les commentaires que tu avais laissés chez moi me donnaient très envie de poursuivre l'échange (ce qui n'aurait pas été impossible par d'autres moyens, bien sûr !).
Mais je suis si heureuse de découvrir ce beau billet qui, non seulement, m'annonce une série que je ne compte pas manquer (je suis très séduite par tout ce que tu en dis), mais révèle aussi pas mal de points communs à nos deux univers, ce qui laisse présager d'autres belles découvertes :)

Je partage, par exemple, ton engouement pour "Once Upon a Time", que j'ai commencé à suivre sur les conseils de ma petite soeur, sans grande conviction, mais j'ai vite été emballée par ce monde foisonnant, envoûtant, et je me suis attachée à certains personnages. J'attends, pour ma part, de visionner la saison 2.

"The Paradise" me tente diablement ! "Le Bonheur des Dames" est un de mes romans favoris, je l'ai lu maintes fois, et cette série a l'air de toute beauté.
J'aimerais me procurer le coffret DVD... Hum !

Enfin, la série "Sherlock"... Hum, hum ! J'ai le coffret des saisons 1 et 2 mais j'ai seulement eu l'occasion de visionner le premier épisode : aussitôt charmée par le ton et l'ambiance !

Je m'arrête là car j'ai dû écrire un roman ; je laisse donc l'aspect littéraire de côté mais je sais que nous aurons d'autres occasions d'y venir ;)
Tu constateras sans doute que je compte bien revenir par ici très souvent et te recevrais chez moi avec le plus grand des plaisirs chaque fois que tu y passeras.

Alexandra Bourdin Says:

Ton commentaire me fait très plaisir ! Ravie que tu sois passée. Tu m'as fait découvrir "Miss Fisher's Murder Mysteries" et moi "Parade's End", on est quitte pour l'instant ! :)

"Once Upon a Time" est vraiment une série géniale et très intelligente. J'adore la façon qu'ils ont de remanier les contes de fées. On croit les connaitre sur le bout des doigts et, en fait, ils arrivent à les enrichir ou à en dévoiler des aspects non développés. C'est particulièrement frappant dans la saison 2, tu verras. (Mais chut!) Et, au long des épisodes, il y a des tas de clins d’œil quand on les revoit (des objets pour la plupart qu'on ne remarque pas au premier coup d’œil), j'adore ça.

Quels sont tes personnages préférés ? Personnellement, je suis en admiration devant le jeu de Robert Carlyle qui joue Rumpelstiltskin et de Sebastien Stan (Jefferson/Le chapelier fou). J'aime beaucoup aussi Belle et Emma pour son manque de confiance en elle, sa fragilité.

Pour "Paradise", il faut être honnête, il y a beaucoup de libertés avec le roman de Zola mais je trouve que le résultat est tellement beau et tellement bien joué que ça rachète tout. Je dois avouer que j'ai toujours eu un peu de mal avec Zola sauf justement dans "Au Bonheur des dames" et "La Terre". A toi de juger donc, mais "Paradise" célèbre si bien l'époque victorienne et la mode qui va avec. Et si ça te plait, il y aura même une suite à la rentrée à attendre. :)

"Sherlock" est un petit bijou ! J'adore les films de Guy Ritchie rien que pour l'époque victorienne mais je préfère la série de la BBC pour son originalité, le ton comme tu dis. Et Benedict Cumberbatch est un de mes acteurs chouchous depuis donc... Ah, vivement la saison 3 !!

Je compte bien aussi fréquenter ton blog régulièrement. ;-) By the way, 'adore ta bannière, elle est très belle !

PS: Les romans ne me dérangent pas, au contraire. ;)

Alacris Says:

Il faut absolument que je regarde cette série, ne serait-ce que pour le plaisir de voir Benedict Cumberbatch dans un autre rôle que celui de Sherlock ! (qu'il interprète divinement bien)

Once upon a time est également une série que j'ai envie d'essayer.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
blogger